News

INVITATION Quels enjeux pour la paix et le développement en Colombie?

Vous êtes cordialement invité(e) à prendre part à cette conférence. 
 
Nous comptons également sur vous pour faire circuler cette information à travers votre réseau...
 

LIVE ISSUES LIVE

CONFERENCE COLLOQUIUM


Quels enjeux pour la paix et le développement en Colombie?

24 JANVIER | MAISON DE LA PAIX | 14:00 - 17:30

 

 

Deux ans après la signature des accords de paix en Colombie, quels sont les avancées, les obstacles et les perspectives de développement dans les régions les plus touchées par le conflit ? Venez débattre avec nos invités, acteurs locaux et chercheurs lors de trois panels :
 

 14:10 - 15:00 : Quel bilan deux ans après la signature des accords avec les FARC ?  15:00 - 16:00 : La région du Catatumbo : un scénario controversé dans l'implémentation des accords de paix (en présence d'acteurs locaux)  16:30 - 17:30 : Perspectives, stratégies et mise en place de politiques publiques inclusives en situations de conflit (exemples d'Amérique latine, d'Asie, et d'Afrique) > Programme détaillé et liste des intervenants
 
 
Auditorium A2 (Pétale 2), Maison de la Paix, 2 Chemin Eugène-Rigot
 
Vous pensez à quelqu'un qui s'intéresse à cette thématique ? N'hésitez pas à partager ce message autour de vous !
 
 
 

Social conflict and legal pluralism in colonial Yucatán

CONFERENCE

Dans le cadre de la série de séminaires « Sud » organisée par les professeurs Alexander Keese et Aline Helg,
vous êtes cordialement invités à la conférence que donnera Mme Ute Schüren (Université de Münster) :

Social conflict and legal pluralism in colonial Yucatán, Mexico
par Madame UTE SCHÜREN (Université de Münster)

Mercredi 23 mai 2018
18h15, Salle B112
Uni Bastions, Genève
Entrée libre

Toute personne intéressée est la bienvenue

Présentation du livre : "Plus jamais esclaves"

Les Cafés de l'Histoire 

Payot Librairie et la Maison de l'histoire vous convient aux Cafés de l'Histoire :

Avec Aline Helg (UNIGE) pour son ouvrage "Plus jamais esclaves".

Débat animé par Bouda Etemad (UNIL).

 

« Plus jamais esclaves ! ».


Dans le cadre des Cafés de l’Histoire organisés en partenariat avec Maison de l’Histoire (UNIGE), Payot Libraire reçoit au café «La Semeuse» de sa librairie du centre-ville l’historienne Aline Helg, professeure à l’Université de Genève.


Son récent ouvrage Plus jamais esclaves !, qui révèle la genèse sur trois siècles de la libération des esclaves dans les colonies du Nouveau-Monde, bouleverse totalement la vision communément admise jusqu’ici de la prépondérance des mouvements abolitionnistes : le débat, animé par Bouda Etemad (UNIL), ne devrait pas manquer de révélations passionnantes ! 

ENTREE LIBRE

Jeudi 17 mars 2016 | 18h00 | Payot Libraire - Rive Gauche

Rue de la Confédération 7, 1204 Genève

 

« Plus jamais esclaves ! »  Editions La Découverte .

Longtemps, l’émancipation des esclaves fut considérée comme l’oeuvre des abolitionnistes, libéraux et blancs ; comme un mouvement, en somme, impulsé au sein même des pays responsables de la condition servile. Dans ce livre, qui fait pour la première fois le grand récit des insoumissions et des rébellions d’esclaves en couvrant, sur plus de trois siècles, l’ensemble des Amériques, Aline Helg déboulonne cette version de l’histoire. Elle montre que, bien avant la naissance des mouvements abolitionnistes, une partie des millions d’esclaves arrachés à l’Afrique par la traite négrière et leurs descendants était parvenue à se libérer. Tel est l’enseignement majeur de ce livre, qui repose sur des sources états-uniennes, latino-américaines, antillaises, britanniques, françaises et néerlandaises.De cet inventaire critique sans précédent d’une historiographie en renouveau constant depuis trois décennies, il ressort une réalité qui dépasse en force et en richesse toutes les idées reçues. Les esclaves ont en effet rarement opté pour la révolte massive, comme à Saint-Domingue, puis dans les Antilles britanniques de la Barbade, Démérara et la Jamaïque ; ils ont le plus souvent exploité les failles du système, à l’échelle locale ou globale, pour gagner leur liberté. C’est la force de l’ouvrage pionnier d’Aline Helg de faire ressortir ces stratégies destinées à renverser subrepticement un rapport de forces qui, dans son écrasant déséquilibre, ne laissait a priori rien espérer.Sans magnifier le rôle des esclaves ni occulter les limites de leurs actions, ce livre offre une leçon d’espoir. Il montre que l’esclavagisme déshumanisant n’est pas parvenu à empêcher que des hommes, des femmes et des enfants accèdent, par leurs propres moyens, à la liberté.

 

L'auteur

Après avoir enseigné à l’université du Texas, l’historienne Aline Helg est désormais professeure à l’université de Genève. Elle a publié "Liberty and Equality in Caribbean Colombia, 1770-1835" (2004) et "Our Rightful Share. The Afro-Cuban Struggle for Equality, 1886-1912" (1995), tous deux lauréats du prix de l’American Historical Association.

Aline Helg a obtenu son doctorat de l'Université de Genève (1983), où elle est professeur d'histoire depuis 2003. Elle a également enseigné à l'Universidad de los Andes (Bogota) et l'Université du Texas à Austin (1989-2003). Elle a reçu des subventions de recherche en Suisse par la Caisse nationale et le ministère des Affaires étrangères, et aux Etats-Unis par le Humanities National Center, l'Université du Texas, la Fondation nationale pour les sciences humaines, l'American Philosophical Society, et la Ford, Mellon et les fondations Rockefeller. Ses domaines d'études sont les Amériques et le monde atlantique depuis les guerres d'indépendance, la diaspora africaine, l'origine ethnique, le racisme et les droits civils par rapport. Elle a publié civilisateur Le Peuple et anciens les élites. L'éducation en Colombie, 1918-1957 (Paris, 1984), également en espagnol La educación en Colombie, 1918-1957 (Bogotá, 1987 et 2001). Son deuxième livre, Notre Rightful Partager. La lutte afro-cubaine pour l'égalité, 1886-1912 (Chapel Hill, 1995), également dans la traduction espagnole comme Lo que nos CORRESPOND: La lucha de los negros mulatos y en Cuba, 1886-1912 (La Havane, 2000), a reçu prix de l'American Historical Association, l'Association des historiens des Caraïbes, et l'Association des études des Caraïbes. Liberté et égalité du Dr Helg dans les Caraïbes Colombie, 1770-1835 (Chapel Hill, 2004, sera bientôt publié en espagnol) a également été récipiendaire d'un prix de l'American Historical Association. Elle a publié des chapitres dans des volumes édités et articles en études comparatives dans la société et d'histoire, Colonial américaine Historical Review latine, Ethnohistoire, Journal of Latin American Studies, Revista de Indias, l'esclavage et l'abolition, América Negra, Cuadernos de Historia Contemporánea, et Revista Iberoamericana . Elle travaille actuellement sur un nouveau livre, Après l'esclavage: unité et diversité des Amériques noires de l'abolition à la mondialisation, qui sera publié par André Versaille à Bruxelles.

 

 

Evolution of an Academic Society

Evolution of an academic society

The Swiss Society of Americanists was founded in 1949. At first, it consisted mainly of Swiss anthropologists and ethnologists who conducted research in the Americas. Subsequently, the Society has included members from other countries and became open to many disciplines such as geography, art, history, literature, sociology, economics, etc. The Society brings together "people who are interested in the three Americas" to generate "better scientific and human knowledge of these three sub-continents, including their multicultural components" (art. 3 of the Contitution Articles of the SAG-SSA). Currently, it has about 300 members (individual and/or collective). Members come from a variety of disciplines, including anthropology, archeology, art, education, economics, geography, history, human rights, law, philosophy, linguistics, sociology and urban studies. The Society owns an important thematic library hosted by the Geneva Museum of Ethnography located at the new and modern MEG building. The SSA is member of the Swiss Academy of Humanities and Social Sciences (SAHS).

 

An Open Society: Culture and Science

The Swiss Society of Americanists, whose headquarters are in Geneva, aims to bring together people interested in the three Americas, seeking in particular the active participation of members from these regions, and to promote better scientific knowledge Relevant areas of human and anthropology, history, linguistics and ethnography. The Society assists with the publication of an annual newsletter, including articles in French, German, English, Spanish and Portuguese. The Society seeks to connect people who are interested in these studies.

SAG-SSA promotes the exchange of ideas and information among researchers from various disciplines who study the history, literature and culture of America. The Society promotes the exchange of ideas and information between its members through a newsletter "LA Revista", a forum for the exchange of concerns of the members, through an electronic newsletter, and through meetings, conferences, seminars, symposia, joint research projects, and any other means that the Society deems appropriate.

New paths

Today, the Society wants to increase its impact and open its activities to a wider audience. In addition to the strictly educational activities such as seminars, conferences and the publication of the Bulletin, considered essential to increase its offer:
• enrich the cultural production proposals and academic associative structures and unskilled individuals: support research and conferences or symposiums and artistic audiovisual documents to obtain a more complete image.
• create interfaces or areas of action to educate a wider audience about the issues raised and defended by the SSA.

An international network of research and scientific and cultural disclosure

The SSA brings together "people who are interested in the three Americas" to generate "better scientific and human knowledge of these three sub-continents, including their multicultural components". Currently it has about 300 members (individual or collective). Members come from a variety of disciplines, including anthropology, archeology, art, education, economics, geography, history, human rights, law, philosophy, linguistics, sociology and urban studies. The SSA is a non-profit organization whose funding depends on the majority of contributions paid by its members, their projects also receive financial support from the SAHS. You can become a member of our Society and support our programs.

The Swiss Society of Americanists admits as working languages ​​Spanish, Portuguese, English, German and French. To facilitate communication and debate, the Company proposes the use of Spanish, Portuguese or English.

Main activities of the SAG-SSA

:: The organization of the Study Days every two years
:: The publication of a scientific journal, the Bulletin of the SSA (No. 1-70) that became "LA Revista" since number 71
:: The organization of conferences and colloquia
:: The publication of a newsletter (electronic version)
:: Managing a large collection of bibliographic resources and documentation about Americanist studies
:: Development and maintenance of a dedicated website: www.sag-ssa.ch
:: An online forum where researchers from different backgrounds could meet, exchange ideas, share their points view and their data.

TOP